Parmi les visiteurs du week-end, un passionné d'art, de vie, m'a remis aujourd'hui ce poème, j'en suis toute bouleversée, avec son autorisation, le voici :

 

« Céramiques »

 

Terre amie que

tu pétris

Chair amie que

tu chéris

Le feu où s’insinue

Si prompte la salamandre

   corrosive  

Le feu à rompre l’argile fragile

parvient parfois

Mais à la corrompre

point !

 

Que forte soit ta foi

En Terre nourricière

 

Sous la couverte

Où descendre un soir nous attend

tessons, tisons

sont les éternelles neiges

du temps d’antan

Cendres à tes doigts

pour toi

potière.

Bernard PATAUX 6 mai 2012

 

POEME_Bernard_PATAUX